Blés anciens

Des blés d’ici et d’ailleurs tous sélectionnés avec soin pour leur goût et leur développement dans les champs. L’appellation de blés « anciens » n’est pas scientifiquement définie. Disons que l’on considère comme « anciens » des blés sélectionnés avant la Révolution Verte et l’arrivée de l’industrialisation de l’agriculture (démocratisation des machines, engrais et produits en « -cide »). Ce sont des blés, comme leurs noms l’indiquent souvent, issus d’une région où ils se sont adaptés aux conditions climato-pédologiques.
Le mélange de blés anciens que nous utilisons est développé et cultivé par Fabien et Caroline Thubert de la ferme des Terres Rouges (Pomy). Il est composé des variétés suivantes :
– une dizaine de blés rouges glabres et barbus (principaux : rouge de gruyère, rouge de bordeaux, rouge d’Alsace, rouge de Venosge, rouge de Marchissy…)
– blés blancs glabres et poulards (principaux : nonnette de Lausanne, blanc de Savoie, florence aurore, delli alpi).

De nombreuses variétés étaient présentes au départ. D’années en années, de récoltes en semis, certaines variétés moins bien adaptées aux conditions ont disparu du mélange ou se retrouvent en moins grande quantité que d’autres qui se sont mieux développées sur ces terres.
La culture de ces blés anciens est délicate et comporte une certaine prise de risque pour l’agriculteur par rapport à la culture de blés plus modernes.